Logo

Révolutions dans le monde arabe

Lors de l’assemblée générale de la 10ème section tenue le 10 mars 2011, nous avons débattu avec Karim Pakzad chercheur à l’IRIS et membre du PS et Mohammed Smida, Président de l’association des tunisiens de France (ATF) des récents évènements dans le Maghreb et des conséquences géopolitiques possibles pour les années à venir.

Pour ma part, j’ai souhaité donner un éclairage sur le rôle de l’armée dans chacun des pays concernés.

En Tunisie, à l’initiative des responsables de l’armée, le pouvoir a été transmis aux opposants.

En Egypte où le pouvoir était en place depuis 1952 à l’initiative du Colonel Nasser, les militaires ont été à la manœuvre et Moubarak a suivi les suggestions des militaires. Il faut toujours se souvenir que l’armée a reçu des compensations chaque fois qu’une évolution du régime apparaissait comme tournée vers un fonctionnement démocratique. Ce sont des dédommagements matériels qui ont été mis à la disposition des militaires : entreprises de distribution de bonbonnes de gaz, d’eau minérale et aussi la distribution des grains.

Sur ces questions, il faut bien admettre que les Présidents successifs de droite comme de gauche ont par le passé adopté une attitude globalement similaire vis-à-vis de ces régimes. Cependant la gauche au pouvoir a pris quelques initiatives marquantes, notamment François Mitterrand dans son discours de la Baule en 1990 et Lionel Jospin qui a souhaité placer la France dans une attitude qualifiée de « ni ingérence ni indifférence » dès 1997.

L’actualité nous amène aujourd’hui à porter toute notre attention à l’évolution de la situation en Libye. La France est impliquée dans une opération militaire importante aux côtés de la communauté internationale, sous mandat de l’ONU.

Les objectifs de cette opération, visant à protéger la population libyenne, sont partagés par le Parti Socialiste. Pour autant, il reste indispensable que l’Assemblée nationale soit associée en temps réel aux décisions prises au nom de la France.

Dès la prochaine réunion de la commission des affaires étrangères, j’ai bien l’intention d’interroger le Ministre Alain Juppé sur la poursuite des opérations militaires engagées en Libye et sur l’évolution des discussions avec les états arabes qui participent à la mise en oeuvre de la résolution 1973 du conseil de sécurité des Nations Unies.


Vous pouvez poster une réponse, ou poster un lien sur votre propre site.


Laisser un commentaire